Accueil

image bandeau
© E. Bartolucci

 >> Travaux de résidence

Direction artistique :
Alexandra Bachzetsis [Suisse / Belgique]
Yan Duyvendak

Administration :
Helga Duchamps
zelfbestuurstraat 9 rue de l'autonomie
1070 brussel
T +32 497 45 58 10
F +32 71 83 44 48
helga.duchamps@gmail.com

 

Alexandra Bachzetsis et Yan Duyvendak

Mainstream



Résidence de recherche >> Travaux de résidence



Résidence à la Halle aux cuirs (Grande salle) du 1er au 13 septembre 07

 

 

Dans Mainstream, Alexandra Bachzetsis et Yan Duyvendak déchiffrent les codes des sexes. Ils présentent l’éternelle histoire de l’homme et de la femme, jusqu’à la dissolution de leur relation. L’histoire d’amour comme l’essence sans contenu de toutes les histoires, de la tragédie classique jusqu’à Hollywood. Cet essence se trouve dans les indications pour l’écriture de scénarios, venant notamment de Screenwriting de Syd Field, dont l’extrême formalisation est au fond une recherche de l’universel. Par l’analyse de ce scénario des scénarios, Bachzetsis et Duyvendak recherchent l’intrigue ultime : de la thèse, l’antithèse et la synthèse naissent la première approche, le rejet, et finalement les retrouvailles. Tout cela recouvert de tant de couches de stéréotypes de genre (gender), que toute individualité disparaît. Mainstream, c’est depuis toujours sexe et violence. L’amour et la violence, le dedans et le dehors, se dissèquent, par le biais de l’histoire commune de l’homme et de la femme, et se cristallisent, simplifiés à l’extrême, dans un dehors de violence et un dedans d’amour. Le but est l’être-deux, l’être ensemble. De la confusion entre les genres et la tension intenable entre Eros et Tanathos se construit progressivement l’ordre établi d’un couple, qui est censé être la base de la famille et de l’état. Ainsi, Law and Order sont devenus le nouveau mainstream. 

 

La performance commence par la mise en scène d’un Making-of, qui fonctionne comme un trailer. Comme sur le set d’un film, des scènes sont repétées, et filmées depuis des angles de vue divers. Le statut de Bachzetsis et Duyvendak change constamment, passant de régisseur à acteur et vice versa. Les spectateurs, eux, manquent constamment d’informations, ils sont constamment dans le juste avant… Dans la deuxième partie de la performance ce manque est comblé par la projection du film lui-même.Le public voit, dans la première partie, derrière les décors, sans avoir vus les décors pour autant. Devant les décors se trouvent l’homme et la femme. Ils sont tellement stylisés en des contraires, que cela influence leur évidence réciproque. L’auto-mise en scène des genres s’exprime dans l’impératif de la jouissance et du bien-être en son propre rôle. Ainsi, comme dans la pornographie, les corps sont reduits à être seulement sexué.

Par cette insistance sur la différence, l’être-ensemble devient une construction. Lorsque le couple pose devant la caméra, il produit l’idylle de l’être-ensemble. De la performance non-narrative, construite de manière abstraite, se forme ainsi un film qui suit les lois, et qui devient forcément… Mainstream.

 

 

 

Production Bachzetsis Produktion Zürich, Association Dreams Come True Genève, Duchamps vzw Brussel

Coproduction Parc de la Villette - Résidences d'artistes, Theaterhaus Gessnerallee Zürich, ADC Genève, Arsenic Lausanne, Dampfzentrale Bern Avec le soutien de la Ville de Genève, Kanton Zürich, Präsidialdepartement der Stadt Zürich, Pro Helvetia Schweizer Kulturstiftung

Merci à Brakke Grond Amsterdam, Rote Fabrik Zürich

 

 >> Travaux de résidence